légion


légion

légion [ leʒjɔ̃ ] n. f.
• 1155; lat. legio, onis
1Dans l'Antiquité romaine, Corps d'armée composé d'infanterie et de cavalerie. Les légions romaines et les phalanges grecques. Manipule, centuries, cohortes d'une légion. Corps d'infanterie, sous François Ier.
Mod. Corps de gendarmerie.
2(1191) Grand nombre, grande quantité. cohorte, multitude. Relig. Légion de démons. Une légion de cousins. ribambelle. Des légions de touristes. ÊTRE LÉGION, nombreux. Ils sont légion ceux qui...
3 ♦ LÉGION ÉTRANGÈRE. (1792) Anciennt Régiment formé de volontaires étrangers au service de la France.
(1831) Mod. Corps composé de volontaires généralement étrangers sous le commandement d'officiers français et étrangers. Entrer à la Légion étrangère, et absolt à la Légion. Marche de la Légion.
4 ♦ L ÉGION D'HONNEUR : ordre national hiérarchisé créé par Bonaparte en 1802 pour récompenser les services civils et militaires. Le président de la République, grand maître de la Légion d'honneur. Chevalier, officier, commandeur, grand officier et grand-croix de la Légion d'honneur. Croix, plaque, ruban rouge, rosette de la Légion d'honneur.
Titre, dignité dans l'ordre de la Légion d'honneur. Avoir la Légion d'honneur à titre militaire, civil. La décoration elle-même. Porter sa Légion d'honneur.

légion nom féminin (latin legio, -onis, de legere, assembler) Corps de troupes de l'armée romaine. Grand nombre ou nombre excessif d'êtres vivants : Une légion de solliciteurs. Du XVIe au XIXe s., nom donné en France à certains corps d'infanterie (légions paroissiales de François Ier [1534], légion corse [1765], légion copte). ● légion (citations) nom féminin (latin legio, -onis, de legere, assembler) José Maria de Heredia La Fortuna, près de Santiago de Cuba, 1842-château de Bourdonné, près de Houdan, 1905 Académie française, 1894 Et là-bas, sous le pont, adossé contre une arche, Hannibal écoutait, pensif et triomphant, Le piétinement sourd des légions en marche. Les Trophées, La Trebbia Lemerre Jean Racine La Ferté-Milon 1639-Paris 1699 Vous dont j'ai pu laisser vieillir l'ambition Dans les honneurs obscurs de quelque légion […]. Britannicus, I, 2, Agrippine légion (difficultés) nom féminin (latin legio, -onis, de legere, assembler) Orthographe Avec ou sans majuscule selon le sens. Une légion romaine, sans majuscule (nom commun). Mais : la Légion arabe, la Légion étrangère (corps de troupes), la Légion américaine (association d'anciens combattants), la Légion d'honneur (ordre de chevalerie), avec une majuscule (noms propres). - Dans la légion Condor, la légion du Mérite, la majuscule est au mot caractérisant, respectivement, ce corps de troupes et cet ordre. Emploi Dans l'ordre de la Légion d'honneur, on est nommé chevalier (nomination), promu officier (promotion), élevé à la dignité de grand officier ou de grand-croix (élévation). ● légion (expressions) nom féminin (latin legio, -onis, de legere, assembler) Être légion, être nombreux, très nombreux : Les promeneurs sont légion dans cette forêt le dimanche. Légions départementales, troupes levées en 1815 par Louis XVIII pour remplacer les régiments d'infanterie de l'Empire. (Elles furent supprimées en 1819 et remplacées par des régiments.) Légion de gendarmerie départementale, unité formant corps commandée par un général de brigade ou un colonel et comprenant toutes les formations de gendarmerie départementale et mobile implantées sur le territoire d'une région économique. Légion de gendarmerie mobile, unité commandée par un général de brigade ou un colonel et comprenant toutes les formations de gendarmerie mobile d'une zone de défense. ● légion (synonymes) nom féminin (latin legio, -onis, de legere, assembler) Grand nombre ou nombre excessif d'êtres vivants
Synonymes :
- litanie (littéraire)
- nuée
- phalange (littéraire)
- régiment (familier)
- ribambelle (familier)

légion
n. f.
d1./d ANTIQ ROM Unité militaire.
d2./d Grand nombre d'êtres. Une légion de quémandeurs.
|| Ils sont légion, très nombreux.
d3./d MILIT Unité de gendarmerie commandée par un colonel.
|| La Légion étrangère ou, absol., la Légion.

⇒LÉGION, subst. fém.
I. — TECHN. MILIT.
A. — ANTIQ. ROMAINE. Grande unité de l'armée romaine comprenant des fantassins et des cavaliers. Centurie, cohorte, manipule d'une légion; légion en marche; commander, lever une légion. Un Macédonien mettoit la phalange bien au-dessus de la légion, et ne pouvoit souffrir que l'on comparât César à Alexandre (CHATEAUBR., Martyrs, t. 1, 1810, p. 279). À l'aqueduc de Mayence, chaque brique ou pierre porte le numéro de la légion (MICHELET, Journal, 1842, p. 465). V. aussi aigle ex. 46 et alouette B :
1. ... le Sénat ayant envoyé contre lui [Spartacus] les légions de Crassus et de Pompée, forcé d'accepter la bataille, il tua son cheval...
FRANCE, Vie Fleur, 1922, p. 310.
[P. allus. hist. à la plainte d'Auguste à Varus, dont les légions furent massacrées par les Germains dans la forêt de Teutoburg] Ô mort! épargne ce qui reste! Varus, rends-nous nos légions! (DELAVIGNE, Messéniennes, 1824, p. 22).
B. — P. anal.
1. [À propos d'une unité milit.]
a) HIST. (du XVIe s. au XIXe s.)
Corps de troupes, souvent d'infanterie, de l'armée française. Légion corse; légions provinciales (jusqu'à Charles IX); légions nationales (de François 1er). Bonaparte avait rendu à ses légions leurs surnoms d'invincible, de terrible, d'incomparable (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 602) :
2. Les légions de François Ier, les régiments de Louis XIV, furent des écoles, où, sans qu'on lui enseignât rien, il [l'État] se formait lui-même, prenait des idées communes, et s'élevait peu à peu au sentiment de la patrie.
MICHELET, Peuple, 1846, p. 340.
En partic. [Au début de la Restauration] Régiment surtout d'infanterie, équivalant à un régiment actuel, constitué à raison d'un par département et portant le nom de ce département. Mon neveu Prosper, officier dans la légion de la Dordogne (MAINE DE BIRAN, Journal, 1816, p. 133). L'oncle Augustin (...) venait d'être promu général commandant la légion de la Meurthe (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 317) :
3. En 1817, (...) l'armée française était vêtue de blanc, à l'autrichienne; les régiments s'appelaient légions; au lieu de chiffres ils portaient les noms des départements.
HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 144.
Régiment de la garde nationale, formé de quatre bataillons et divisé par arrondissement. J'ai organisé la deuxième compagnie du quatrième bataillon de la première légion de la Garde nationale (VIGNY, Journ. poète, 1830, p. 918). Combeferre [avait] un fusil de garde national portant un numéro de légion (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 303). Eh bien, voilà votre M. Crevel nommé chef de bataillon de sa légion (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 106).
b) Unité de gendarmerie de plusieurs escadrons ou compagnies, équivalant à un régiment, commandée par un colonel et affectée à une région militaire (d'apr. LELOIR 1961). Colonel d'une légion; légion de gendarmerie (départementale ou mobile). Le sieur Verrières, que la reconnaissance des nouveaux gendarmes a porté au commandement d'une de leurs légions (MARAT, Pamphlets, À ces concitoyens, 1792, p. 307). Le capitaine Dautancourt, le chef d'escadron Jacquin, de la légion d'élite, deux gendarmes à pied du même corps (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 143).
Rem.,,Remplacée en 1967 par un commandement de circonscription régionale de gendarmerie formant corps`` (Lar. encyclop. Suppl. 1968).
2. [À propos d'une unité milit. ou corps composé de volontaires]
a) HIST. Régiment de volontaires principalement étrangers engagés au service d'un pays. La Légion étrangère espagnole. En juillet, une « légion » formée de jeunes Français était engagée en Russie sous les ordres et l'uniforme allemands (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 36). Le 4, un statut nouveau de la « Légion des Combattants » était décrété à Alger (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956p. 93) :
4. Trois ans plus tard, Carrel se battait en Espagne, contre l'armée de la Foi, dans la Légion libérale étrangère, composée de Français et d'Italiens.
FRANCE, Vie littér., 1888, p. 203.
b) Légion étrangère et p. ell. la Légion. Formation particulière de l'armée française comprenant plusieurs régiments d'engagés volontaires le plus souvent étrangers, servant sous le commandement d'officiers français et étrangers. S'engager, s'enrôler, servir dans la Légion. Les statistiques de la Légion étrangère montrent qu'ils [les Rhénans] ne répugnent pas à servir la France (BARRÈS, Cahiers, t. 12, 1919, p. 156). Vous n'ignorez pas que je sers au régiment étranger? — Au régiment?... — À la Légion, quoi! (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1215) :
5. Il raconte (...) le transfert à Sidi-bel-Abbès d'un drapeau de la Légion portant d'un côté de la rosette des initiales L.É. (Légion étrangère) et de l'autre L.N. (Louis-Napoléon) ayant fait les guerres de Crimée et du Mexique, conservé jusqu'alors au Musée des Invalides.
GIDE, Journal, 1931, p. 1073.
C. — Littér., au plur. Armées. Ce fut avec l'esprit public de la Prusse, autant qu'avec ses légions, que le grand Frédéric repoussa l'Europe coalisée (CONSTANT, Esprit conquête, 1813, p. 230). Ils faisaient sortir de leurs tombeaux l'Empereur et ses légions (ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p. 714).
II. — P. anal.
A. — Lang. biblique.
1. Le plus souvent au plur. [P. allus. à Matthieu, 26, 54] Armée immense, innombrable (d'anges ou de démons). Célestes légions; légions de Satan; légions infernales; légion démoniaque. Méphistophélès, resté près du cadavre, appelle à son aide les sombres légions (NERVAL, Sec. Faust, 1840, épil., p. 283). Il ne savait plus de quelle généalogie de pensées était née la dernière qui l'animait : de la bonne ou de la mauvaise légion d'anges? (JOUHANDEAU, M. Godeau, 1926, p. 263). Cf. glavataire, rem. sous glaive :
6. Je sais que vous gardez une place au Poëte
Dans les rangs bienheureux des saintes Légions,
Et que vous l'invitez à l'éternelle fête
Des Trônes, des Vertus, des Dominations.
BAUDEL., Fl. du Mal, 1857, p. 13.
P. anal. Ces murs (...) semblaient habités par des légions de damnés (SAND, Lélia, 1833, p. 185). Apportez-nous des saints groupés en légion (HUGO, Religions et religion, 1880, p. 184).
2. Au sing., littér. [P. allus. à Luc, 8, 30] S'appeler légion; être légion. Être très nombreux de la même espèce. Le Diable : Je suis plusieurs, je m'appelle légion (FLAUB., Tentation, 1849, III, p. 489). Si nombreux que l'on soit, et s'appelât-on légion, il se faut accommoder de cette unique chambre (ABOUT, Grèce, 1854, p. 407). Je suis le geste simple et la complexe limaille. Je suis un divers, je suis légion (RICŒUR, Philos. volonté, 1949, p. 423).
B. — 1. Grande quantité (d'êtres vivants formant groupe). Synon. armée, essaim, horde, meute, nuée. Légions de fourmis, de poissons, d'insectes, de rats. Les sangliers se rassemblent d'eux-mêmes par troupes, les chiens par meutes, les poissons vivipares par couples, les ovipares par légions (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 304). Les maringouins arrivaient en légions si nombreuses que leur bourdonnement formait une clameur (HÉMON, M. Chapdelaine, 1916, p. 81).
2. Fam. Nombre trop grand ou très grand (d'êtres vivants). Synon. flopée (pop.), foule, kyrielle (fam.), masse (fam.), multitude, nuée, régiment (fam.), ribambelle, tas. Une légion de cousins, de solliciteurs. Elle avait une légion de maîtres et travaillait comme un écolier (STENDHAL, Lamiel, 1842, p. 194). Des quantités de bureaux et des légions d'employés penchés sur des pupitres (GONCOURT, Journal, 1860, p. 836) :
7. ... l'un de ces grands musées (...) où (au prix d'efforts dont l'héroïsme et la valeur spirituelle finiront par être compris un jour) une légion de voyageurs est parvenue à resserrer, en quelques salles, le spectre entier de la vie.
TEILHARD DE CH., Phénom. hum., 1955, p. 144.
Être légion. Être en grand nombre. Les livres bien faits sont légion; où sont ceux qui font « prendre conscience de quelque chose »? (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1907, p. 177). Vous me dites qu'il ne manque pas de bourgeois très profondément pénétrés de l'importance professionnelle et qu'ils sont légion (AYMÉ, Confort, 1949, p. 148).
III. — [À propos d'institutions, d'associations]
A. — Légion d'honneur
1. Ordre national français honorifique, hiérarchisé, institué par Bonaparte en 1802, et destiné à récompenser des services civils et militaires éminents. Ils sont anarchistes, mais ils veulent bien être, tant qu'ils peuvent, dans la Légion d'honneur. Et aussi haut qu'ils y peuvent monter (PÉGUY, Argent, 1913, p. 1210). [Cérémonie] au cours de laquelle je fis dignitaires de la Légion d'honneur les généraux Marshall, Arnold, Somerwell, les amiraux King et Leahy (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 209).V. aussi fêter A 2 b, ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p. 762 :
8. ... le lieutenant Noirot, d'une bravoure extraordinaire, (...) avait reçu du prince Eugène la croix de la Légion d'honneur en 1813 pour un fait d'armes accompli dans une des redoutes de Caldiera.
CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 598.
SYNT. Être nommé (au grade de) chevalier, être promu (au grade d') officier, (vx commandant) commandeur, être élevé à la dignité de grand officier, de grand aigle (vx), de grand-croix de la Légion d'honneur; grand maître de la Légion d'honneur; grand chancelier, conseil (de l'Ordre) de la Légion d'honneur; ruban, rosette, grand-collier, grand cordon (vx), plaque de la Légion d'honneur; nomination, avancement, promotion dans l'ordre de la Légion d'honneur; obtenir, recevoir, remettre (à qqn) les insignes de (chevalier, etc.) de la Légion d'honneur.
P. ell., fam. La Légion. Cailleux, (...) nommé officier de la Légion (HUGO, Corresp., 1825, p. 419). César (...) mit alors machinalement le ruban de la Légion à sa boutonnière (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 411).
P. méton.
a) Distinction, titre, dignité de cet ordre, accordé(e) à une personne physique ou morale, et principalement grade de chevalier. Espérer, mériter, obtenir, recevoir la Légion d'honneur à titre civil, militaire; attribuer, procurer, décerner, faire octroyer à qqn la Légion d'honneur, avoir la Légion d'honneur; être proposé pour la Légion d'honneur. Naturellement, vous serez récompensé : la Légion d'honneur ou la médaille militaire (BORDEAUX, Fort de Vaux, 1916, p. 259). Il pouvait obtenir d'eux [les chefs de cabinet et les ministres] ce qu'il voulait et devinait sa Légion d'Honneur proche (DRUON, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 180) :
9. J'eus même la chance de me voir offrir deux ou trois fois la Légion d'honneur que je pus refuser avec une dignité discrète où je trouvais ma vraie récompense.
CAMUS, Chute, 1956, p. 1483.
b) Fam. Décoration, insigne de cet ordre (principalement la croix de chevalier). Être décoré de la Légion d'honneur; porter la Légion d'honneur. Il piqua le bijou sur le revers de sa redingote, au-dessous de la Légion d'honneur, comme autre croix d'ordre inférieur (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Hérit., 1884, p. 528). Il revint, habillé, (...) un ruban neuf à sa Légion d'honneur (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 143).
c) Palais, hôtel de la Légion d'honneur et p. ell. (fam.) la Légion d'honneur. Siège parisien de cet ordre. Nous passâmes sur le quai de la Cour des Comptes et de la Légion d'honneur (GONCOURT, Journal, 1851, p. 40). Nous allons déjeuner boulevard Saint-Germain, dans un petit restaurant près de la Légion d'Honneur (GREEN, Journal, 1938, p. 130).
2. Maison(s) d'éducation de la Légion d'honneur et p. ell. la Légion d'honneur. Maison(s) d'éducation destinée(s) aux filles (ou petites-filles, sœurs, nièces) de membres de la Légion d'honneur. Une jeune personne qui a été élevée à Saint-Denis, à la Maison de la Légion d'honneur (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 63) :
10. Sa Majesté était logée dans les bâtiments de l'abbaye : on avait toutes les peines du monde à empêcher les petites filles de la Légion d'honneur de crier : Vive Napoléon!
CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 628.
B. — Légion (de Marie). Mouvement d'apostolat international de laïcs catholiques. Franck Duff voulait [comme saint Louis de Montfort] que les membres de la Légion de Marie travaillent à l'évangélisation du monde en se mettant spécialement au service de Marie, pour l'aider dans sa mission de Mère de l'Église (La Croix, 16-17 nov. 1980, p. 7, col. 3-4).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1155 legïun « corps d'armée romaine » (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 3179); b) 1534 légion « corps de l'armée française (créé par François Ier) » (Édit., 24 juillet ds ISAMBERT, Recueil gén. des anc. lois fr. t. 12, p. 391); c) 1792 légion franche étrangère (26 juillet ds BRUNOT, t. 9, p. 942); 1831 légion étrangère (Ordonnance royale du 10 Mars, Art. 1er ds E. FIEFFÉ, Hist. des troupes étrangères, 1854, p. 383); 2. ca 1170 legïon « grand nombre de personnes formant une sorte de troupe » (GUILLAUME DE ST-PAIR, Mont-Saint-Michel, éd. P. Redlich, 3274); 3. 1802 Légion-d'Honneur (Loi du 29 floréal an X ds J.-B. DUVERGIER, Collection complète des lois, décrets t. 13, p. 199). Empr. au lat. legio, -onis « corps de troupe » et « bande, troupe », dér. de legere « recueillir, choisir». Fréq. abs. littér. : 1 352. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 337, b) 1 992; XXe s. : a) 2 198, b) 1 365.

légion [leʒjɔ̃] n. f.
ÉTYM. V. 1155, legiun, au sens 1; lat. legio, onis, t. militaire, de legere « rassembler; choisir ».
1 Antiq. rom. Corps d'armée composé d'infanterie et de cavalerie. || Les légions romaines et les phalanges grecques. || Manipule, centurie, cohorte d'une légion. || Au combat, les légions comprenaient trois lignes de soldats appelés principes, hastati (hastates ou hastaires) et triarii (triaires). — ☑ Allus. hist. Varus, rends-moi mes légions !, lamentation d'Auguste après le désastre subi par Varus devant les Germains (an 9 après J.-C.).
1 (…) l'aigle romaine
Vit choir ses légions au bord de Trasimène (…)
Corneille, Nicomède, I, 5.
2 Vers 300 (avant J.-C.), la levée régulière est de quatre légions dont chacune comprend quatre mille deux cents fantassins et trois cents cavaliers, groupés en trois centuries équestres. L'armement du légionnaire s'améliore. Rome adopte le scutum, long bouclier samnite, et le pilum, efficace arme de trait.
Raymond Bloch, Rome…, in Encycl. Pl., t. I, p. 883.
(Au plur.). Poét. (et style soutenu). Armée. || Déjà ses légions traversaient les Alpes (Littré).
2 (1534, sous François Ier). Corps d'infanterie.
Mod. Corps de gendarmerie.
3 (V. 1170). Grand nombre, grande quantité. Cohorte, multitude.(Fin XIIe). Relig. || Une légion d'anges (cit. 5), de damnés (→ Ascète, cit. 2), de démons. || L'homme possédé d'une légion de démons (→ ci-dessous, cit. 3).
3 Jésus lui demanda : Quel est ton nom ? Il lui dit : Je m'appelle Légion, parce que plusieurs démons étaient entrés dans cet homme.
Bible (Sacy), Évangile selon saint Luc, VIII, 30.
4 C'est une légion de diables enfermés dans un seul pourpoint.
Beaumarchais, la Mère coupable, III, 21.
(1690, Furetière). Fam. et vieilli. || Une légion de parents, une ribambelle de cousins.
(Sans art., après le verbe être). || Ils sont, ils étaient légion. || Ils n'étaient d'abord qu'une poignée, ils sont maintenant légion.
5 On mettait pied à terre, on s'arrêtait aux plus décharnés, ne pouvant s'arrêter à tous, car ils étaient légion.
Loti, l'Inde (sans les Anglais), V, X.
4 Légion étrangère. a (1792, légion franche étrangère). Vx. Nom de chaque régiment formé de volontaires étrangers au service de la France. || Les légions étrangères de l'Empire.La Légion polonaise de la Grande Guerre.
b (1831). Corps composé de volontaires généralement étrangers sous le commandement d'officiers français et étrangers. || Le premier régiment de la Légion étrangère (ou 1er Étranger) était stationné à Sidi-Bel-Abbès (puis en Corse). || Les Français peuvent s'engager à la Légion étrangère, mais sous un nom d'emprunt (aucun état civil n'étant exigé lors de l'engagement).Ellipt. || La Légion. || Entrer à la Légion. || Le drapeau, le fanion (cit.) de la Légion. || La célèbre marche de la Légion.Les banderas de la Légion étrangère espagnole.
6 La Légion étrangère de Dar Riffien constitue une troupe solide, parfaitement entraînée et qui sait mourir au feu, au barro, comme disent les légionnaires. Ce corps d'élite (…) reçoit, comme la Légion étrangère française dont il s'inspire, toutes les infortunes et répond parfaitement au besoin de disparaître que certains hommes, et non des moindres, peuvent parfois éprouver à certaines époques troubles de leur existence (…) La Légion étrangère espagnole est divisée en huit unités formant corps. On les appelle des banderas, du mot bannière. Elles possèdent chacune des fanions magnifiques qui correspondent à leur nom.
P. Mac Orlan, la Bandera, V.
7 — « (…) vous ignorez peut-être que je sers au régiment étranger ? »
— « Au régiment ?… » — « À la Légion, quoi ! Le mot me dégoûte depuis que les romanciers l'ont mis à la mode. »
Bernanos, Journal d'un curé de campagne, p. 261.
7.1 — D'où tu es ?
— Serbe. Je reviens de la Légion. Je suis déserteur.
Jean Genet, Journal du voleur, p. 35.
5 (1802). || Légion d'honneur. Ordre national hiérarchisé créé par Bonaparte pour récompenser les services civils et militaires. || La Légion d'honneur a pour grand maître le président de la République et comprend cinq classes : les chevaliers (en nombre illimité), les officiers, les commandeurs, les grands officiers et les grand-croix (en nombre limité); elle est administrée par une Chancellerie et un Conseil de l'ordre. || Nomination, promotion dans l'ordre de la Légion d'honneur. || Membres de la Légion d'honneur. || Croix (→ Décorer, cit. 6), plaque, ruban, rosette de la Légion d'honneur.
8 Le célèbre Legendre, géomètre de premier ordre, recevant la croix de la Légion d'honneur, l'attacha à son habit, se regarda au miroir et sauta de joie.
Stendhal, Vie de Henry Brulard, 24.
9 (…) elle portait un veston d'homme au revers barré par le ruban de la Légion d'honneur.
Sartre, le Sursis, p. 19.
Par ext. Titre, dignité dans l'ordre de la Légion d'honneur. || Avoir la Légion d'honneur (→ Avoir le ruban, la rosette). → Pistonner, cit. 1.1. || Il a eu la Légion d'honneur à titre militaire, à titre civil.La décoration. || Porter sa Légion d'honneur (→ Concurrence, cit. 6). || Renvoyer sa Légion d'honneur au président de la République.
Spécialt. || Maison d'éducation de la Légion d'honneur, ou, ellipt, Légion d'honneur : maison d'éducation réservée aux filles de membres de la Légion d'honneur. || Jeune fille élevée à la Légion d'honneur.
6 Rare (trad. de l'angl.) || La Légion américaine (American Legion). → Légionnaire, 4.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Legion — (lat. legio) bezeichnet: Römische Legion, eine Heereseinheit in römischer Zeit mit 3.000–6.000 Soldaten Legion (Dämon), dämonische Erscheinung im Neuen Testament Legion (Blatty), einen Roman von William Peter Blatty (1983) Legion (Software), eine …   Deutsch Wikipedia

  • Légion 88 — Legion 88 Legion 88 Pays d’origine  France Genre(s) Punk rock Oi! Années actives Depuis 1984 Label(s) …   Wikipédia en Français

  • Legion 88 — Pays d’origine  France Genre musical Rock anticommuniste Années d activité Depuis 1984 Labels …   Wikipédia en Français

  • Legión — es el nombre que han tomado diferentes cuerpos militares a lo largo de la historia. Legión romana Legión Española Legión extranjera Legión Extranjera Francesa Contenido 1 En literatura 2 En historietas 3 En cine …   Wikipedia Español

  • legion — (n.) c.1200, from O.Fr. legion Roman legion (3,000 to 6,000 men, under Marius usually with attached cavalry), from L. legionem (nom. legio) body of soldiers, from legere to choose, gather, also to read (see LECTURE (Cf. lecture) (n.)).… …   Etymology dictionary

  • Legion — Sf (eine römische Heereseinheit) erw. bildg. (16. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus l. legio ( ōnis), einer Ableitung von l. legere sammeln, aussuchen, wählen (Legende), gemeint ist ein ausgehobenes Heer . Zunächst Bezeichnung der altrömischen… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • legion — LEGION. s. f. Corps de gens de guerre parmi les Romains composé de six mille cent hommes de pied, & de sept cens vingt six chevaux, quoy que dans les commencemens elle ait esté de moindre nombre. La premiere legion. la deuxiesme legion. la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • legión — sustantivo femenino 1. Cuerpo principal del ejército en el antiguo Imperio Romano. 2. Algunas unidades militares compuestas por soldados profesionales: La legión española tiene algunas bases en las islas Canarias. 3. Gran cantidad: una legión de… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • legion — [lē′jən] n. [OFr < L legio < legere, to choose: see LOGIC] 1. Rom. History a military division varying at times from 3,000 to 6,000 foot soldiers, with additional cavalrymen 2. a large group of soldiers; army 3. a large number; multitude [a …   English World dictionary

  • Legion — (lat. legio), in Rom ursprünglich Benennung der Gesamtheit des Heeres, später der Hauptabteilungen. Unter Romulus betrug das Heer angeblich 300 Reiter (celeres) als Kern und 3000 Fußsoldaten (milites) unter je 3 Tribuni celerum und militum, je… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon